François Papineau est passionnant à deux titres : son talent artistique, qui lui a permis d’être infographiste aujourd’hui, et son nouveau mode de consommation axé sur la permaculture. Je n’avais pas envie de choisir entre ces deux sujets. Je vous propose donc de découvrir ci-dessous son histoire professionnelle. Et dans un second temps, vous pourrez aller lire un deuxième article qui raconte sa passion écologique.

Je connais François depuis plusieurs années. J’ai eu l’occasion de collaborer avec lui durant un stage dans une agence de communication. Grâce à lui, j’ai découvert une partie des raccourcis clavier sur Adobe, on a passé des midis à déjeuner devant les vidéos Youtube du « Joueur du Grenier » et j’ai aussi découvert que les hommes pouvaient avoir de plus beaux longs cheveux que les femmes.

De la calculette au pinceau

Diplômé d’un bac scientifique puis d’un BTS chimie, François ne se voyait pas spécialement travailler en blouse blanche toute sa vie. Lui, ce qu’il aime, c’est le dessin, les couleurs, tenir un crayon … Et la seule pipette qui l’intéresse, c’est celle de Photoshop.
Il continue ses études dans une école d’Arts, de laquelle il ressort avec une licence d’Arts Plastiques. « J’ai toujours été sensible à l’Art. Et cette formation m’a permis de comprendre que l’Art, c’est ressentir et trouver du sens dans tout et n’importe quoi. »

Suite à ce diplôme, il a l’opportunité de poursuivre avec un Master. Seulement, François n’imagine pas continuer en ce sens. « L’art Pro, c’est un don total de soi. Il ne faut pas s’attendre à faire des 8h/18h comme dans beaucoup d’emplois. Si tu es artiste plasticien, tu l’es quand tu te réveilles et jusqu’à ce que tu te couches. Il n’y a pas de demi mesure. Et je ne me voyais pas me lancer dans un mode de vie comme celui-ci. »

Il décide donc de partir dans un cursus scolaire qui allie l’art à un métier plus cadré. Il se forme à la technique graphique durant son BTS Communication et Industrie Graphique. Les cours le passionnent et cela se ressent dans ses résultats. « Je partais du principe que si dans mon futur métier je voulais créer des éléments qui étaient destinés à être imprimés, alors il fallait que je comprenne comment et pourquoi. »

Une vie haute en couleur

Ensuite, il travaille plusieurs années en tant qu’infographiste dans une agence de communication de l’Audomarois. Malheureusement, l’entreprise cesse son activité et François se retrouve au chômage.
Il sait qu’il doit rebondir et ne pas se laisser abattre. Alors peut-être fallait-il laisser de côté les ambitions graphiques et se tourner vers un métier alimentaire en attendant ? C’est ce que fit François pendant deux ans. Il ne s’est pas laissé aller et a pris un poste de responsable de magasin pendant deux ans chez GIFI.

Suite à cette expérience, il retrouve petit à petit le chemin du dessin en devenant conseiller littoral dans une imprimerie. Ces deux emplois lui auront permis d’acquérir une aisance relationnelle et humaine.

Un avenir presque dessiné

2020 : le confinement.
Il fallait s’occuper, et quel autre meilleur moyen pour François que de le faire en dessinant ? Et comment s’occuper en dessinant ET en s’amusant ? Facile.

C’est donc en plein confinement, usé d’entendre parler de distanciation sociale, de masque et de déprime que François décide de dessiner des portraits. Mais pas n’importe quels portraits. Grand fan du Carnaval de Dunkerque, il propose d’illustrer les plus belles bandes de ce bel événement.
Des ami(e)s, des familles, des couples, des enfants. Bref, des gens, déguisés, maquillés, grimés, heureux. Des portraits hauts en couleurs, pleins de joie et d’espoir pour le plus grand bonheur des participants.

Beste Clet’ch voit le jour. Une marque d’illustrations personnalisées sur le thème du Carnaval.

Retour aux sources : l’infographie

Le fait de s’occuper de cette façon à la maison, d’être dans un certain confort et de passer plus de temps avec ses enfants le fera se remettre en question. Et si la réponse était là ? Derrière cette tablette graphique et cet écran de PC ?
De plus, les projets qu’il vend via Beste Clet’ch lui permettent de rencontrer une multitude de personnes, et tous types de profils (pro et perso). Au travers des différents échanges, un constat s’établit : une partie de ses clients avait également des besoins en infographie.

C’est ainsi qu’il décide de prendre le chemin de entrepreneuriat.
La société Pepiz voit le jour en 2021. Retour aux premières amours. François propose ses services en infographie. « Le fait d’être illustrateur me permet de créer le projet de A à Z sans aller me servir dans une banque de données. De plus, j’aime beaucoup la photographie, c’est également un plus quand on veut proposer des beaux visuels. » 

Fort de ses 15 ans d’expérience, cela lui permet d’aborder plusieurs types de structures (PME, grandes entreprises, associations, artisans …).

Néanmoins, c’est un fait, il est difficile d’avoir un projet totalement viable au début. Mais petit à petit, le portefeuille client se remplit. François est basé dans le Dunkerquois (logique pour un fan de Carnaval). Il aime son village, sa région, son histoire, son terroir. Et cet intérêt lui permet d’être cohérent dans ses offres et de travailler avec des clients locaux.

Un pari réussi


François a la chance d’être bien entouré. Il a une famille qui le suit et qui croit en son projet. « C’est essentiel pour pouvoir se lancer et rester motivé. Et psychologiquement, c’est un soutien important. » Il existera toujours un stress, des craintes financières ou la crainte de ne pas faire évoluer sa clientèle. Mais ce stress, il ne faut pas l’éviter. Il faut le gérer. « Je me remets en question sans cesse. Je traite chaque création comme si c’était la première. Il faut toujours savoir « mettre des paillettes » dans les projets. »

A aujourd’hui, sa plus grosse fierté, c’est de faire le métier qu’il aime tout en profitant de sa famille. D’avoir une gestion du temps beaucoup plus confortable. Malgré tout, il faut avoir beaucoup de volonté pour réussir à rester focus sur son travail tout en ayant le confort de la maison autour de soi. Mais il faut savoir se poser et dire stop. « Je fais un métier artistique, mais parfois l’inspiration ne vient pas. C’est pour ça que c’est aussi très important de réussir à prendre une pause pour pouvoir réfléchir. Trouver le pourquoi du blocage et prendre du recul. »

Cette nouvelle vie lui aura permis de gagner en confiance professionnelle. Le fait d’être force de proposition, d’accumuler de l’expérience et l’habitude de devoir se justifier pour gagner le client auront dessiné sa valeur professionnelle. « Aujourd’hui, j’arrive à me dire : « je fais les choses bien » »

Une ambition modeste

« L’infographie, c’est assez personnel en mon sens. Je ne trouverai jamais quelqu’un qui pensera comme moi, qui dessinera comme moi. » C’est pour ces raisons que l’avenir, François le voit seul. Pas de grosse ambition, juste envie de continuer à vivre, et de mieux en mieux, de sa passion. Et pourquoi pas, se faire accompagner dans l’aspect « prise d’affaire ».  Il aimerait arriver à un point où le travail est assez conséquent pour occuper toutes ses journées.

Mais on est bien d’accord, on n’est pas artiste sans être un peu rêveur. Alors à la question du rêve ultime, la réponse est claire : « avoir l’une de mes affiches sur un abri bus. » Son plus gros souhait, c’est d’avoir une communication qui se voit et que l’on reconnaît. « Je suis toujours gêné d’entendre mes enfants dire « c’est mon papa qui l’a fait » ou d’être complimenté pour mon travail. Néanmoins, j’aime savoir que j’apporte une identité à une entreprise. Que je fais vivre sa communication grâce à mes créations. »

carte visite pepiz infographiste

Les pages Facebook : Pepiz / Beste Clet’ch
Les sites internet : Pepiz / Beste Clet’ch
Ses pages Linkedin : Pepiz / François Papineau 
Ses coordonnées : 06 30 10 08 69 / neopepiz@gmail.com

Retrouvez également le projet écologique de François et sa femme Aurore, axé sur la permaculture dans l’article suivant : Parlons permaculture – Rencontre avec François Papineau

1 commentaire

  1. […] Retrouvez également l’univers professionnel de François Papineau dans un article dédié : Une carrière illustrée – Rencontre avec François Papineau, infographiste […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *